Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 23:04

 

L’endroit que nous n’aurions jamais voulu visiter

Au fond de moi. Aiji

Je m’étais enfin endormie…presque heureuse car c’était la fin du cauchemar. J’aurais surement préférer ne pas me réveiller car même si mon cauchemar était horrible, la suite n’est pas mieux. L’enfer cela existe vraiment lorsque l’on est encore en vie ? Le pire c’est que je ne suis surement pas la plus à plaindre. Mais quelques fois, ne vaut-il mieux pas mourir plutôt que de souffrir ?

Au fond de moi. Connor

Comment j’ai pu ?

Je ne comprends pas.

Je détestai ce qu’ils le faisaient.

Mais je suis comme eux…

Je me hais.

Finalement je n’aurais pas réussi la part de notre accord…

 « La vie n’est qu’une longue perte de tout ce qu’on aime. » Victor Hugo

Camelia : Elle est morte.

Connor : QUOI, non c’est pas possible.

Connor tenta d’approcher, Camelia l’arrêta.

Camelia : Elle est morte. Tu l’as tué. C’est trop tard. Javen débarrasse nous du corps.

Javen : Oui.

Javen pris le corps inerte d’Aiji dans ses bras et s’empressa de quitter la chambre. Connor se débattait et Camelia tentait tant bien que mal de l’arrêter. Javen s’était dépêché de partir,

Javen : Mh…C’est vraiment un très jeune vampire…Même pas capable de reconnaitre un corps vivant d’un mort. T’en fait pas AI-JI, je vais m’occuper de toi, moi. C’est qu’il a vraiment failli te tuer. Finalement, Camelia et moi avons chacun eu ce que nous voulions…

Le vampire resserra son emprise sur le corps toujours endormi de la jeune fille et il retourna dans sa chambre, plutôt satisfait de la petite mise en scène de sa sœur.

Javen Aiji

Lorsque je me réveillai, j’eus du mal à comprendre ou je me trouvais, tout bougeait autour de moi, même le sol… Je voyais flou…je crois que je regardai le plafond…Je compris que j’étais allongée sur le dos. J’essayai de me relever, mes deux avants bras étaient attachés à un lit par des sangles, je remuais tant que je pouvais. Ou suis-je ?! Le lit ne me rappelait rien, je tournai la tête de tout les côtés, affolée. Je me trouvais dans la camionnette dans laquelle j’ai été transporté jusqu’en Italie, on roulait. Une perfusion était reliée à mon bras. J’avais, quelque chose accroché à mon cou. A force de me débattre je réussis à libéré un des mes bras, je détachais l’autre et enlevai la perfusion. Je me retournai, et j’aperçus le conducteur. Non ! Pourquoi il est là lui ?! Il m’avait regardé un bref instant et avait souri. Mon cœur et mon corps s’affolèrent ainsi que mon esprit. Quittant le lit style hôpital, je me précipitai vers la porte arrière et tapais de toutes mes forces dessus, je criai comme jamais.

 

Javen : Aiji…Calme toi…

 

Le fait qu’il me parle me paniqua encore plus, j’essayai ensuite d’enlever ce que j’avais de  serré à mon cou. Un gros collier en métal. Je le tournai dans tous les sens, essayai de l’enlever par la force, rien à faire. Je me mis à crier après le vampire des choses comme ‘ou est que qu’on allait’ ‘ou était Connor’ ‘qu’est qu’il m’avait mis autour du cou’. Javen restait silencieux, attendant que je me calme. On se trouvait sur une autoroute, surement. Je me remis, comme la fois précédente, en boule dans un coin.

 

Aiji : Ou est Connor ?

 

Javen : Oublie-le, il te croit morte de toute façon.

 

Je restais muette. Le véhicule quitta l’autoroute et s’engagea sur un chemin déserté de voitures.

 

Javen : Pourquoi tu ne retourne pas sur le lit ? Tu devrais te reposer, tu es encore faible. Le vampire a failli te tuer…

 

Aiji : Ou est-ce qu’on va…

 

Javen : Chez moi. Ne t’en fais pas tout ira bien, je vais m’occuper de toi.

 

Etrangement, cette dernière phrase ne m’avait pas du tout convaincu, je resserrai mes genoux contre moi et cachai ma tête.

 

Je me remettais à chercher le moyen d’enlever le collier en métal qui me tenait le cou.

 

Javen : Sa ne sert à rien, Aiji. Il n’y a que moi qui puisse te le retirer.

 

Aiji : Pourquoi j’ai sa à la fin ?!!

 

Javen : Calme-toi, c’est un émetteur. Tu vois la montre que tu portes au poignet.

 

Tiens sa je n’avais pas fait attention…Je fixai l’engin…elle n’indiquait pas l’heure…il y a avait deux chiffres affichés, 1,7 en haut et 30 en bas. Il me montra son poignet, il portait une montre similaire à celle que j’’avais.

 

Javen : Le chiffre du haut indique le nombre de mètres qui sépare ton collier de ma montre. Le chiffre en bas, c’est le nombre de mètres dont tu peux t’éloigner de moi. Autrement dis, si tu t’éloignes de plus de trente mètres de moi… ton collier explosera dans les 20 secondes qui suivront.

 

Il souriait, il me disait sa en souriant ! Je tirais encore plus sur le collier.

 

Javen : Ce qui est génial c’est que je peux régler le second chiffre. Autrement dis…je joue avec ta liberté AI-JI.

 

Il arrêta quelques instants la camionnette et se mit jouer avec le bouton de sa montre, sur la mienne le chiffre du bas changeait à toute vitesse. Il finit par arrêter. 0. Zéro c’est le dernier chiffre qui s’afficha et qui resta affiché. Un bip agaçant ce mit à retentir. Je restai paralysée.

 

Javen : 15…14…13…Tu devrais peut être…10…9…

 

Je m’étais levée d’un coup et précipitée vers la personne que je détestais le plus au monde. Je me retrouvai à genoux, sur le sol de la camionnette, juste à côté de lui. Lui, avait passé sa main dans mon cou, sa montre était entré en contact avec le collier, le bip avait cessé. Le vampire me souriait, j’étais de nouveau presque en train de pleurer.

 

Javen : Voilà la preuve que tu as compris ce que j’attendais de toi…

 

Il avait repris sa montre et avait de nouveau appuyé sur le bouton de celle-ci, puis avait déclaré, d’un air joyeux : 30 mètres. Je regardai la montre fixée à mon poignet. 30 mètres. Je baissai la tête et regardai mes mains trembler. Il m’appela une ou deux fois puis me prit le visage entre ses mains m’obligeant à le regarder. Je rabaissai les yeux pour ne pas croiser son regard, il se pencha vers moi, s’approchant ainsi de mon visage.

 

Javen : Dis…Pourquoi tu as peur de moi comme sa ?

 

J’avais fermé les yeux pour ne plus le voir et pour ne pas pleurer. Il me caressait les cheveux et me collait contre lui ce qui ne me rassurait pas du tout.

 

Javen : Je ne te ferai pas de mal tu sais…Après tout je sais à quel point les humains sont des petites choses fragiles…Et cela serait idiot d’abimer quelque chose qui m’appartient.

 

Il me lâcha en parti mais me força à lui montrer mon cou, me faisant tourner la tête. Il me caressa les marques laissées par les crocs de Camelia, puis celles laissées par Connor.

 

Javen : Il faudra que l’on fasse disparaitre ces cicatrices tu ne crois pas…

 

Il me prit dans ses bras et alla me reposer à l’arrière sur le lit sur lequel je m’étais réveillée.

 

Javen : Dors, ma petite chose fragile. Et ne m’oblige pas à t’attacher vraiment.

 

Je ne m’endormais pas, je tremblais, en boule sur le lit. Je ne portai pas les mêmes habits que ceux lorsque je me trouvai au manoir. Je préférai oublier ce détail et j’aurai même surement préférer dormir. La camionnette avait redémarré. Les minutes passaient, trop longues à moins gout même si je ne voulais pas vraiment qu’il s’arrête. Les heures passaient elles aussi, j’avais cessé de trembler, mon corps s’était calmé. Je repensais à ma famille, à chez moi…Je me demandai si je leur manquais… Et si je les reverrais…un jour. Qu’est ce que je leur dirai aussi…Je voulais que Connor sache que j’aille bien.

 

Mon ventre fit un bruit étrange. J’avais encore faim. Javen ne manqua pas de s’en rendre compte. J’essayai de faire arrêter mon estomac, préférant encore crever la dalle, plutôt que ce que le vampire revienne jouer avec mes nerfs.

 

Le véhicule bifurqua, je relevai doucement la tête. On se trouvait en ville. Après avoir tourné plusieurs fois dans différentes rues, on s’arrêta. Je me fis toute petite, ne bougeant plus un muscle, voulant me faire oublier. Le vampire se pointa, il s’abaissa au niveau du lit et commença à me caresser les cheveux. J’avais caché ma tête dans les draps, et restai immobile.

 

Javen : Aiji…Je sais que tu ne dors pas. Alors écoute moi bien, on va aller manger, tu vas te tenir tranquille d’accord ? Cela serait dommage que je sois obligé de tuer des témoins s’il se passait quoi que se soit de bizarre, pas vrai ?

 

Il colla ensuite son visage dans mes cheveux et commença à me donner des petits coups de tête, comme les animaux de compagnie. Il tira les draps au bout du lit et resta quelques instants immobile, se demandant quelle serait la meilleure façon de me faire lever. Il finit par se pencher sur moi, mon corps entier se crispa, mais je faisais en sorte de ne pas réagir. Il passa l’une de ses mains sous mon T-shirt et la fit remonter le long de mon dos, tandis qu’il glissait la seconde dans mon jean. Je sursautai immédiatement, je bondis hors du lit, m’éloignant le plus possible du vampire. Ce dernier c’était mis à rigoler lentement tandis que tout mon corps restait tétanisé.

 

Javen : Ah bin tu vois que tu ne dormais pas.

 

Voyant que ma réaction avait été plus grave que prévu, il s’approcha doucement de moi tandis que je reculai à chacun de ses pas.

 

Javen : Aiji…Je plaisantai voyons. Allez viens ici. Chuuuut.

 

Il m’avait attrapé par la main et prit ma tête dans ses bras, me collant contre lui et me caressant encore les cheveux, tandis que je fondais en larme. J’essayai de me tirer de là, mais plus je bougeai plus il resserrait son étreinte. Il essuya ensuite les larmes qui coulaient sur mon visage et me relâcha légèrement. 

 

Javen : On va manger maintenant ? ^^

 

Et ensuite il fit comme si de rien n’était. Il me prit par le bras et m’entraina à l’extérieur de la camionnette. Alors c’est comme sa une ville italienne… On traversa une rue puis il m’amena dans un restaurant, sur la place principale de la ville. Il m’installa sur la terrasse, au milieu de la foule. J’étais assise en face de lui, et le fuir du regard s’avérait encore plus difficile.

 

Javen : Arrête de faire cette tête de chien battu. On n’est pas bien là tous les deux ?

 

Récapitulatif : Je ne connais pas un mot d’Italien. Je ne sais pas ou je suis. Je suis retenue par un vampire qui semblerait-il n’a pas l’intention de me laisser partir et dont je ne peux m’éloigner. Les seuls qui pouvaient me sauver me croient morte et je n’ai aucun moyen de prévenir personne.

 

Je crois encore avoir le droit de faire la gueule non ?

 

Javen : Alors qu’est ce que tu veux manger ?

 

Je ne répondis pas. Je restai les yeux plongé dans le menu, que je ne lisais même pas. Javen commençait à s’impatienter.

 

La serveuse (En italien) : Vous avez choisi ? ^^

 

Elle a dit quoi là ? Le vampire répondit, dans le même charabia que la femme, moi je restai muette. La serveuse me retira la carte des mains, ah c’est malin je ne peux même plus me cacher derrière maintenant.

 

J’attendais, encore. Les yeux baissés vers la table tandis que le vampire s’amusait avec son couteau. Voyant que je baissais encore la tête, il prit ma main, que je retirai immédiatement ma main de la table. Il me lança un regard accusateur. Je compris que je devais lui rendre. Heureusement, la serveuse revint avec une assiette et la posa devant moi. Javen me fixa quelques instants, je restai toujours immobile.

 

Javen : Tu as décidé de te laisser mourir de faim ?

 

 

Javen : A quoi sa sert que je t’emmène au restaurant si c’est pour que tu n’avales rien…

 

Un peu plus loin, deux serveuses discutaient, fixant notre table.  (En italien)

 

La première : Dis, tu les trouves pas un peu étrange ?

 

La seconde : Ba tu sais, la fille est peut être juste malade.

 

La première : Ouai, mais alors on n’emmène pas quelqu’un de malade au resto’…

 

Javen sembla assez intrigué par la discussion…Il approcha sa chaise de la mienne, se retrouvant ainsis juste à côté de moi. Trop près à mon gout. Il prit ma fourchette, piqua dans mon assiette et me plaça la nourriture juste devant la bouche.

 

Javen : Allez, maintenant mange…Ne m’oblige pas à te le faire avaler de force.

 

Sa tête était presque collé à la mienne, toujours son sourire sadique dévoilant ses longues canines. Il avait mit sa main libre derrière mon cou, caressait ma nuque et remettait mes cheveux en ordre. Je finis par avaler la bouchée qu’il me tendait. Il me remit la fourchette dans les mains, attendant surement que je continue de m’alimenter. Quelques minutes passèrent sans que je ne bouge. Me tenant toujours le cou, Javen m’avait attrapé la hanche et s’était le plus possible rapproché de moi. Il réarrangea mes cheveux, ce qui laissa visible mon oreille, qui se trouvait désormais au niveau de sa bouche. Il s’amusa de nouveau à la mordiller, mon corps se souvenu immédiatement de la fois ou il s’en était pris à moi.

 

Javen : Dis, tu ne voudrais pas te nourrir convenablement, il n’y a pas que toi qui a faim ici…Et même si tu ne veux pas satisfaire se besoin, cela ne m’empêchera pas d’assouvir le mien.

 

Je lâchai ma fourchette. Mes doigts ainsi que tout mon corps s’étaient arrêtés de bouger, j’avais cessé de respirer pendant quelques secondes.

 

Javen : Voyons, je ne vais quand même pas faire sa en présence d’autant de témoins.

 

Il s’était éloigné légèrement de moi. Mon corps s’était remis à bouger, et je commençai à manger…doucement.

 

Les minutes passaient et je voyais la fin du repas pointer, ce qui signifiait se retrouver de nouveau seul avec le vampire. Il me força à finir mon assiette. J’utilisai de nouveau l’excuse, je vais aux toilettes (C’est la troisième depuis le début de la fic). Javen pointa du doigt sa montre en me disant : 30 mètres, Aiji. Je filai au miroir des toilettes, observant de plus près le collier. Le tournant comme je pouvais, cherchant une ouverture, quelque chose. Je trouvai l’endroit par ou il était accroché mais rien à faire, il ne voulait pas se détacher.

 

Une des deux serveuses entra, vint près de moi, devant le miroir. Elle me fit un sourire rassurant, pas comme l’autre.

 

La serveuse (En anglais) : Vous venez de…

 

Aiji : France. ^^’

 

La serveuse : L’homme avec vous, c’est votre cousin ? ^^

 

J’hésitai à répondre et je finis par acquiescer. Au point ou j’en suis, je peux bien mentir. Je restai encore à l’intérieur quelques instants, ne voulant pas vraiment ressortir de toute façon. 

 

Pendant ce temps…

 

L’autre serveuse (En italien) : Merci d’avoir mangé chez nous ^^ Heu…La jeune avec vous c’est votre petite amie ?

 

Le vampire parut un peu surprit par la question, il finit par répondre que oui. Il commençait à s’impatienter.

 

Je ressortais finalement, suivit de la serveuse qui retourna auprès de sa collègue. Javen se trouvai à l’intérieur, juste à ma sortie, il m’appela.

 

Javen : AIJI !! On y va.

 

Aiji : Quoi déjà ?

 

Javen : Bin…tu as fini ^^

 

Je rebaissai la tête et me laissai entrainer par le vampire.

 

La serveuse (En italien) : Alors elle t’a dit quoi ??

 

L’autre : Elle m’a dit oui, pour les cousins.

 

La serveuse : Et moi il m’a dit que c’était sa petite amie…

 

L’autre : Vraiment étrange.

 

La serveuse : Ouai, en plus la fille ne paraissait pas aller bien.

 

L’autre : Elle m’a dit qu’elle était française.

 

La serveuse : Et l’homme la appelé ‘Ai…Aiji’ je crois.

 

Quelques instants plus tard les deux femmes se retrouvaient à taper ‘France Aiji’ sur un moteur de recherche. Elles tombèrent directement sur les articles de disparitions.

Aiji

 

 

On ne retournait pas à la voiture, je suivais le vampire, en silence, un ou deux mètres derrière lui, tandis qu’il me surveillait du coin de l’œil. On atteignit bientôt un chemin de balade, un sentier assez large entouré de plantes. Personne. Contrairement à la place de tout à l’heure pleine de monde, le chemin était désert. Je ralentissais la cadence pour m’éloigner doucement de Javen. Ce qu’il ne manqua pas de remarquer. Il finit par s’asseoir sur un  des bancs qui se trouvaient tout le long du chemin. Je m’arrêtai, restant toujours éloignée du vampire. Il regarda quelques instants le ciel.

Javen : Je préfère vraiment la solitude pas toi ?

Je suppose qu’il n’attendait pas vraiment de réponse. Il se remit à me fixer.

Javen : Tu as décidé de rester debout, AI-JI ?

C’est une invitation ? Non, pas exactement. Plutôt un ordre. Je m’approchai lentement, me dirigeant vers l’autre bout du banc. Lorsque j’allai m’asseoir, il se décala au milieu, m’attrapa par la hanche et me tira vers lui. Je tombais sur Javen, me retrouvant sur ses genoux, je tentais de me relever, il enlaça ses bras autour de mon ventre et de mes épaules. Je remuais, lui demandais de me lâcher. J’essayais de retirer ses bras qui m’empêchaient de me lever, sans résultat. Je cessai quelques instants.

Aiji : Tu as soif ?

Javen : Devine.

Il me saisit l’une de mes mains et posa son menton sur mon épaule. Il amena ma main à sa bouche et planta ses crocs dans la paume de ma main. S’en suivit un cri de douleur, je le poussai pour qu’il me lâche et tentai de récupérer ma main ensanglantée, tandis qu’il léchait le sang qui coulait comme si de rien n’était.

Javen : Chuut. Ou je te trou l’autre main.

Je finis par m’extirper de là, surement parce qu’il a bien voulu me lâcher. Je n’allai pas loin et m’asseyais par terre, contre l’arbre, juste en face du banc ou Javen était resté. Je serrais ma main blessée.

Javen : Aiji. Reviens ici.

Je faisais signe de la tête que non.

Deux personnes arrivèrent, elles couraient, je reconnus les deux serveuses. Elles ralentirent lorsqu’elles nous aperçurent. Puis elles se figèrent. Enfin…tout se figea. Le pouvoir du Shinzaru. Javen s’était levé et se dirigeait lentement vers elle.

Aiji : Qu’est ce que tu fais ?

L’une des deux femmes tenait un papier dans la main. Javen le prit et le déplia. C’était un article avec mon portrait. Javen traduit le titre : ‘Disparition d’une jeune fille…’.

Javen : Aiji, tu ne devrais peut être pas regarder.

Il avait sorti un couteau. Je restai choquée. Je me précipitai sur le vampire, l’attrapant par derrière au niveau de la taille et me collai à lui. Il parut un peu surprit, puis se mit à sourire.

Aiji : S’il te plait. Arrête.

Javen abaissa son arme, son sourire s’accentua.

Javen : Elles en savent trop.

Aiji : Non, je t’en pris, elles ont surement appelé la police. Laisse-les.

Javen : Donne-moi ta main…Aiji.

Je regardai ma main pleine de sang, j’hésitai. Mon corps recommençait à trembler. Je lui tendis ma main frémissante au vampire qui l’attrapa, la douleur s’intensifia. Il lécha lentement le sang qui coulait, me mordilla les doigts, jouant avec et finalement Javen la banda. Une tâche rouge apparut sur le pansement blanc.

Javen : Alors tu vois quand tu veux.

Un instant plus tard on se retrouvait dans la camionnette. Je me trouvais dans ses bras, il me posa sur le lit et reprit le volant, toujours souriant.

Javen : On a encore un petit arrêt à faire et ensuite on arrivera chez nous.

Chez nous…Il veut encore s’amuser avec mes nerfs. Je ne réagissais pas. Il perdit son sourire. Silence. Très long silence. Seul le moteur de la camionnette comblait ce silence. Je crois qu’il s’écoula au moins une heure. Peut être plus. Je fixai ma main blessée, enfin plutôt le bandage qui la recouvrait, j’évitai de la bouger, peu à peu la douleur commença à disparaitre. On s’arrêtait. Je regardai dehors : un salon de tatouage ?! Qu’est-ce…

Aiji : Qu’est ce qu’on fait ici ?!

Javen : C’est pour toi.

Aiji : QUOI ?!

Javen : Je te l’ai dis, on va te faire disparaitre ces deux cicatrices.

Il avait prit dans sa main mon cou et caressait les marques laissées par les deux autres vampires. Il me prit ensuite par les épaules, me retourna et mit mes cheveux de côté. Je crus qu’il s’apprêtait à me mordre mais c’est le collier que j’avais au cou qu’il attrapa, il se détacha tout simplement. Je mettais mes mains à mon cou, il l’avait vraiment enlevé. L’idée de fuite me revint immédiatement à l’esprit, mais elle disparut très vite lorsque le vampire se remit à parler.

Javen : Ecoutes, je sais que tu ne penses qu’à t’échapper, mais…mieux vaudrait que tu évites de tenter quoi que se soit ou je risquerai de m’énerver très vite…et il n’y aura pas que ta vie qui sera en jeu tu comprends…

Je devais surement le regarder avec un air effaré, puisqu’il se remit à sourire. On descendit, il m’attrapa de nouveau par le bras et me tira vers la boutique.

Aiji : Je…n’en veux pas.

Javen : Est-ce que je t’ai demandé ton avis ?

Sa parait clair. Il me poussa à l’intérieur, je  regardai de tous les côtés, à la recherche d’une autre sortie. On était arrivé dans une entrée aménagée en sorte de salle d’attente. Il n’y avait personne. J’harcelai Javen pour savoir pourquoi il me faisait sa. Le vampire restait muet, c’est bien la première fois.

Javen : Je ne veux pas qu’il reste les marques d’autres vampires sur toi.

Alors c’est juste pour sa qu’il…J’ai du mal à réaliser ce qu’il me dit. Cette fois c’est moi qui me taisais, m’éloignai doucement de lui, espérant quelques secondes d’inattention pour pouvoir fuir. Puis mes yeux s’arrêtèrent sur la petite télé calée dans un coin. Je restai figée devant ce que je voyais. Finalement, on savait que j’avais été emmené en Italie. Une photo avec surement un message d’enlèvement, j’en sais rien je ne comprends pas. Ma photo…

Javen : Pfff…Se sont surement les deux femmes de tout à l’heure.

A l’instant un homme assez petit et plein de tatouages était entré. Lui aussi fixa la télé quelques instants puis observa ses deux nouveaux clients. Ne sachant pas trop quoi faire je gardai la tête baissée. L’homme nous dit quelque chose (En italien, je ne comprends pas) il paraissait très confus par la situation L’homme s’était précipité dans la pièce d’où il venait tandis que Javen me tira dans la dans une autre (semblerait celle que l’homme nous avait indiqué précédemment). Un peu plus grande que l’entrée, surement l’endroit où il fait des tatouages.

Javen : Ne bouge pas de là ou c’est l’autre qui trinque.

 Une seconde plus tard j’étais seule dans la pièce.

Dans l’autre pièce. Au téléphone.

L’homme (En italien) : Allo, C’est la police ?

Javen prit son couteau et coupa le fil du téléphone. L’homme avait relevé la tête, complètement effrayé.

Javen (En italien) : Vous avez des clients il me semble ? ^^ Votre appel attendra.

Ils revinrent quelques secondes plus tard dans la pièce ou je me trouvai. Je sursautai voyant Javen un couteau à la main. 

Javen (En français) : Bon on est pressé, Aiji tu veux quoi comme tatouage ?

Il s’était approché de moi et me caressait les cheveux. L’homme nous regardai toujours, se posant surement mille et une questions.

Aiji : Je te l’ai dis je n’en veux pas.

Javen : Je m’en doutai, je choisirai alors…

Il tendit une feuille à l’homme, dessus un emblème, inconnu. L’homme semblait complètement déboussolé face à la situation. Il bégaya quelque chose en italien.

Javen : Aiji. Enlève ton T-shirt.

Aiji : Quoi ?!

Javen : Comment veux tu qu’il fasse ton tatouage si tu a un T-shirt par-dessus ^^

L’homme (En italien) : Il vaut mieux qu’elle s’allonge.

Voilà comment je me retrouvai allongé dans un salon de tatouage, à me faire tatouer un symbole dans le cou.

L’homme (En italien) : Monsieur, vous devez sortir.

Javen (En italien) : Tu crois vraiment que je vais te laisser seul avec elle ?

Je relevai la tête, ne comprenant pas vraiment ce qu’il se passait, Javen avait relevé son couteau, surement pour rappeler la situation. Lorsqu’il vit que je le questionnais du regard, il mit ‘amicalement’ sa main sur ma main pour que je me recouche, et se remit à me caresser les cheveux. Je fermai les yeux, mon cou connaissait alors une nouvelle douleur, celles des aiguilles pour les tatouages. Mes mains se crispaient, Javen les avait pris dans les siennes, cela ne me rassurais pas pour autant. L’homme ne cessait de m’adresser des regards interrogateurs, se sentant surement très mal à l’aise. Le vampire gardait mes mains prisonnières et les avait apportées à son visage, jouant de nouveau avec. Il caressa ensuite ma joue et démêla mes cheveux. Je restai immobile face à sa, tandis que le tatoueur observait la scène du coin de l’œil.

Javen : Je suis désolé Aiji, je ne voulais pas que tu souffres autant tu sais…

Il me répétait des choses similaires toutes les cinq minutes, toujours le même sourire figé sur son visage, aucun remord dans ses yeux, il se fiche vraiment de moi.

Enfin. Il cessa enfin de me planter ces aiguilles dans la peau. J’ai toujours mal dans le cou et jusqu’à l’épaule. Il me mit une énorme compresse sur toute la plaie.

L’homme (En italien) : Elle peut se rhabiller.

Javen : Ok…

Alors que je remettais mon t-shirt je vis Javen passer en une demi seconde devant moi et se retrouva juste derrière l’homme. Des gouttes rouges vinrent nous éclabousser. Je ne restai pas longtemps immobile et me précipitai vers le tatoueur qui s’effondrait au sol, dans une mare de sang. Javen s’était reculé, son couteau baissé et plein de sang.

Aiji : POURQUOI TU AS FAIS SA !! IL AVAIT RIEN FAIT !!

Rien.

Aiji : APPELLE UNE AMBULANCE, S’IL TE PLAIT !!

Javen : Il est mort sa ne sert à rien. Recule Aiji, tu es entrain de mettre du sang sur tes vêtements.

Il s’était approché, je l’avais repoussé d’un bras, enfin…il s’était tenu juste écarté.

Aiji : NON…Pourquoi…

Javen : Il avait vu l’affiche. Il aurait prévenu la police.

Aiji : Et les deux femmes alors ?!

Javen : Tu l’as dis toi-même, elles avaient surement déjà prévenu quelqu’un.

Il se tenait debout juste derrière moi, toujours assise près du corps. Il se pencha, un instant plus tard il avait passé quelque chose autour de mon cou. J’entendis un clips, je compris trop tard de ce qu’il s’agissait. Le collier. Javen s’était écarté rapidement, retrouvant son sourire. Je tentai une nouvelle fois de l’enlever. Cette fois en fureur je criais, toujours au sol. Javen me regardait sans aucune réaction.

Aiji : ENLEVES LE MOI !!

Je passai plusieurs minutes à me débattre contre cet ennemi invisible devenant complètement hors de contrôle (sauf pour un vampire). Javen trouvant le temps long, finit par m’attraper, m’enlaçant au niveau du ventre et me soulevant du sol. Je donnai des coups de pieds, il m’avait bloqué les bras ainsi que toute possibilité de fuir. Javen me sortit de force du salon. Dehors il avait arrêté le temps, ce qui me laissait tout le loisir d’hurler contre lui. Il me remit à l’arrière de la camionnette, me débattant toujours, il décida de m’attacher au lit. Je me débattis assez longtemps ce qui rendit un peu plus dur le défit, même si au bout de quelques minutes je me retrouvai complètement incapable de bouger la moitié supérieur de mon corps.

Javen : Surtout…ne m’oblige pas aussi à t’attacher les jambes ^^

 Il laissa mes jambes détachées ce qui me laissa la possibilité de m’en prendre au lit ne lui donnant des coups de pieds. Il me couvrit avec les draps et alla à l’avant.

Aiji : Pourquoi tu as fais sa…

La voiture redémarrait, mes cris continuaient. Lui restait silencieux. Le soir se pointait… déjà…

Mes coups de pieds avaient cessés, mais je n’étais pas calmé pour autant, la nuit était tombée. Je tentais de bouger de temps en temps, les sangles ne semblaient vouloir se détacher.

La voiture s’arrêta une nouvelle fois. Javen vint à l’arrière me regarda. Je tournai la tête de l’autre côté pour ne pas avoir à le regarder.

Aiji : Pourquoi on s’arrête…

Javen : Il va falloir que tu manges Ai-ji. Les humains mangent au moins deux fois par jour pour être en forme non ?

Il sortit quelque chose, une sorte de plat sous plastique.

Javen : J’avais emmené sa…au cas ou tu n’aurais pas voulu manger au restaurant…

Je me taisais, et tournais de nouveau la tête du côté opposé au vampire.

Javen : Si je te détache…tu ne seras surement pas en état de vouloir te nourrir convenablement…n’est ce pas ?

Javen m’attacha les jambes. Il me prit la tête et me força à le regarder.

Javen : Moi. Je vais te faire manger.

Aiji : Je n’ai pas faim.

Javen : Mais je m’en fiche ^^

Il avait piqué dans le plat et approché une fourchette de ma bouche. Je gardais mes lèvres scellées.

Javen : Allez. Ouvre la bouche Aiji.

 Il me caressait la joue avec sa main libre. Ne voulant toujours rien avaler, Javen me boucha le nez. Je restais quelques secondes en apnée, finalement je du me mettre à respirer par la bouche, Javen se dépêcha de mettre la fourchette dans la bouche. Je dégageai ma tête, recrachant le tout.

Javen : Pfff…Tu ne me facilites pas vraiment la tâche.

Il attrapa ma mâchoire inférieure ce qui m’empêcha de refermer la bouche et de bouger. Il mit de nouveau de la nourriture dans ma bouche et me força à la fermer. Des petites larmes se formaient dans mes yeux.

Javen : Avales Aiji…

Je finis par devoir ingurgiter ce qu’il m’avait mis dans la bouche. Il me lâcha, je me mis à tousser. Dès que mon corps fut calmé, il recommença. Au bout de trois fois je me laissais faire et avalais ce qu’il me présentait.

Je finis par de nouveau refuser la nourriture et retentais ma chance :

Aiji : Je n’ai plus faim.

Javen : Chuut. Tu n’as pas finis.

Je tournai la tête de tous les côtés, fermant la bouche. Il passa sa main sous mon T-shirt et me caressa le ventre, je lui lançai un regard noir et essayai de me débattre.

Aiji : ARRETES !! Je vais mangé… je vais mangé…

Javen : Les humains sont tellement simples…

Je finissais de manger, épuisée par les ‘jeux’ du vampire.

Il finit par me laisser, la voiture redémarra, je ne voulais pas qu’elle s’arrête puisque cela signifiait que je devrais de nouveau supporter la personne que je détestai le plus au monde.

La voiture ralentit de nouveau. Elle tourna encore une ou deux fois suivant un chemin caillouteux puis s’arrêta complètement. Javen coupa le moteur. Il sortit deux gros sacs de voyages se trouvant sous le lit. Il me détacha et me serra dans ses bras.

Javen : Sa va aller…pas vrai… Je sais que la fin de journée à été difficile pour toi mais on va être bien tu verras. Tiens prend ce sac. Il y a quelques vêtements pour toi dedans.

J’aurais voulu lui balancer son sac, mais j’avais déjà du mal à le soulever à cause de ma blessure à la main et du tatouage qui me faisait encore souffrir. Il me poussa à l’extérieur de la camionnette, on se trouvait devant une grande maison, style villa de bord de mer. Entourée de la nature, aucune autre maison aux alentours. Rien. Je m’arrêtai. Ne voulant pas approcher plus. Le vampire qui était parti devant se retourna, me fixa. Il leva  son poignet, malgré la nuit, je compris qu’il me montrait sa montre. Je regardai la mienne. Le chiffre du bas se mit à baisser peu à peu. Je me dépêchai d’avancer. On entrait. Grande entrée. A droite, grand salon, une baie vitrée.

Javen : Par là il y a une cuisine. Quand à la porte ici…c’est ‘mon’ garde mangé. N’essaie pas de te servir de l’ordinateur, il y a un mot de passe pour l’allumer et même pour se connecter sur internet. Quand à la télé, je ne vois pas comment  elle pourrait te servir pour t’enfuir pas vrai ^^ Le seul téléphone fixe se trouve dans ma chambre…  

Il me fit ensuite monter à l’étage. Il y avait un balcon et trois chambres, avec chacune une petite salle de bain individuelle. Il me fit entrer dans la première et y posa son sac.

Javen : Ici c’est ma chambre.

Il s’allongea sur son lit et commença à retirer la montre qu’il portait au poignet et la posa. Il me montra ensuite un petit boitier fixé au mur, prés du lit.

Javen : C’est ce boitier qui est relié à ton collier quand tu es dans la maison. D’ailleurs tant que tu ne sors pas il affichera toujours 0 mètres sinon il fonctionne comme la montre. Je ferme toujours ma chambre à clé donc ne comptes pas sur sa pour l’éteindre et t’enfuir, d’accord ?

Je restai silencieuse et attendais qu’il me dise quelque chose d’autre. Il resta encore quelques secondes allongé puis se releva et me dirigea vers une autre chambre. J’entrai à l’intérieur, Javen me suivait puis s’arrêta entre moi et la sortie. Je restai planté au milieu de la pièce.

Javen : Tu ne poses pas ton sac ?

Aiji :Si…

Je lâchai le fameux sac. Javen s’approcha de moi et mit mes cheveux sur le côté.

Javen : Je vais te retirer ce collier pour la nuit. N’essaies pas de sauter par la fenêtre tu te casserais une jambe au mieux. Je fermerais également ta porte à clé.

Le collier retomba dans les mains du vampire. Je voulus m’éloigner, mais il me garda près de lui. J’essayai de m’extirper de là.

Javen : Arrête de bouger.

Je réussis à le faire me lâcher, me faisant mal à la main au passage : La plaie s’était ré ouverte. Je me retrouvais sur le lit.

Javen : Aiji…Ta main. Tu devrais faire attention... Si seulement tu arrêtais de te débattre…

Il m’avait rejoint, je me reculai. Je me retrouvai sur le dos, lui, au dessus de moi. Il m’attrapa les deux bras d’une main, et poussa mes cheveux. Je pleurais encore. Je tremblai. Je lui criai dessus.

Javen : Chuut. Tu sais, tous tes cris ne changeront rien…je ne te ferai aucune faveur AI-JI. Et puis nous sommes seuls…personne ne t’entend.

Aiji : S’il te plait laisse-moi.

Javen sourit. Il joua avec les quelques mèches rebelles de ma chevelure qui cachaient encore mon cou, je secouais la tête, il me la bloqua avec son bras libre. Il m’attrapa l’oreille avec ses crocs, je lui donnai des coups avec mes jambes, il ne bougea même pas. Sa bouche descendit doucement jusqu’au milieu de mon cou. La même douleur qu’à chaque fois m’envahit. Cette fois je continuai à me débattre même si je savais que je ne décidai rien. Il me relâcha lentement, lécha la plaie encore saignante, me caressa une dernière fois le visage et il tira les draps pour qu’ils me recouvrent et sortit après avoir éteint la lumière.

Javen : Bonne nuit. AI-JI

J’entendis le bruit du verrou qui se ferme. Je ne bougeais plus. Même plus la force de tenir la plaie pour que le sang cesse de couler.

Noir.    

>>>>Nouvelle Vie : Fic 06.1 Nouvel Enfer (Suite) <<<<

Partager cet article

Repost 0
Published by Porche/Chopper/Perona/Lawsk/Nami/Road/Jubia/Ranmao - dans Nouvelle Vie
commenter cet article

commentaires

La musique du moment

                       
                         
                  
     HYUNA - Ice Cream   
              (ajouté le 04,05,2013) 
                    

Recherche

Law&Kidd

Blog ; Présentation

    2013-02-02 15.06.43Salut ! Moi c'est Lawsk ! Alors voilà sur ce blog je mets tous mes dessins parce que je kiffe dessiner et surtout les mangas !! Je vous parlerais de mes mangas préférés !! Yen a beaucoup ^^ Mais aussi d'autres trucs qui concernent le Japon ^^

 

En ce moment sur ce blog :

    Nouvelle Fic : Nouvelle Vie Fin de la première partie !! 

                                                   

        J-ROCK ou K-POP J'aime les deux !! 

 

En ce moment les lapin en force !!! :

                                                   - LM.C (Lovely Moco-Chang.com) : Avec maya et Aiji AU BATACLAN,                                             - B.A.P : Zelo cro chou ♥ 

 

                                                                WITHIN TEMPTATION ♥ Nouveau kiff, j'adore la voix de la fille

One OK Rock je suis en kiff total !

    PSY  ♥ Et oui avis à tous ceux qui n'aiment pas la K-pop et bin changez de planète car ils arrivent en force avec Oppa Gangnam Style ! Désolé mais je préfére le Gangnam à Gentlemen Sorry ! 

 

Reborn : Du côté de Chez Fran !! Mon nouveau blog délire

Y a aussi Asiat-world je n'y vais plus non plus XD> et voila encore des blog qui ne servent à rien  

 

Tous les mangas que je connais : Avec 'mon + grand dessin'  208/208 !!! FINI J'ai envie d'en faire un autre (<maso) Et ouais depuis j'ai regardé d'autres animes mais toujours pas assez pour en refaire un autre 

 

Parlons un peu de moi, les gens qui me connaissent très bien (ceux qui se rendent d'ailleurs très souvent sur ce blog) vous dirons que je suis une malade mentale qui dit plein de conneries pour s'amusé et sadic en plus... Il diront aussi que mon passe temps c'est de torturer les gens que j'aime ^^ Ceux qui ne me connaissent pas diront que je suis quelqu'un de timide et quasi-invisible (sa c'est pour toute ma classe de seconde ^^)

 

Voilà sinon moi ej dirait que je suis une petite blonde accro au mangas et au Japon, aux limites du ghotic, qui adore les animaux quel qu'il soit ^^

 

CaramellDancenbyPikachu

Blog similaire

EthanDesign-Aide-Wonderland-Wallpapers

 

  EA-STREAMisaMaki maki 

           

     Fanime7

 

 

 

    Toshiro Chibi

 

 (les image sont des liens vers différents blog)

  GR

real illusion

    byakuran yume